prix ados 2014

jeudi 19 septembre 2013

Remise du prix

Rdv SAMEDI 25 JANVIER 2014
Remise du Prix Ados 2014
Dans le cadre de la 12e édition du Festival du Livre de Jeunesse Midi-Pyrénées Lycée Riquet, Saint-Orens de Gameville (31)



Remerciements aux éditions du Rouergue, Oskar Jeunesse, Sarbacane

Le prix des ados à été décerné à Axl Cendres pour "Confession d’un apprenti gangster"

Cette année, un prix "coup de cœur" a été décerné à Davide Cali pour "L"amour? C’est mathématique"

Merci aux participants du prix.

La sélection

  • Confession d’un apprenti gangster, Axl Cendres
    Editions Sarbacane, Août 2013
JPEG - 28.3 ko

Elles sont où, les fleurs ? se demande le narrateur, quand à 3 ans, il rencontre pour la première fois son père au parloir de Fleury-Mérogis. Face aux yeux d’Elsa qui, 13 ans plus tard, lui demandent comment il en est arrivé là – Elsa, la fille du commissaire, qu’il vient de kidnapper avec ses « abrutis de copains » – il entreprend un long retour en arrière.

Fils d’un gangster célèbre, conçu au parloir, il grandit comme il peut entre ses « oncles » qui le gardent après l’école et les mensonges sur le métier de son père. Devenu ado, il apprend à tricoter des cagoules pour s’essayer à des braquages pourris, partage une évasion ratée avec son père qui le rapproche de lui – jusqu’au drame qui le précipite dans la cour des grands. Il se mesure cette fois à un vrai caïd, tombeur de son père…




  • L’amour? C’est mathématique, Davide Cali
    Editions Sarbacane, avril 2013
JPEG - 22.3 ko

Un garçon de 12 ans est l’amoureux transi de 3 filles, auxquelles il est totalement incapable de faire sa demande. Il cherche conseil auprès des 3 experts du collège : et chacun d’y aller de ses recommandations…inefficaces tout autant qu’inapplicables pour ce grand introverti. Jusqu’à ce que notre anti-héros trouve l’idée du siècle : lui qui a horreur des maths, et s’il appliquait la loi de probabilité pour augmenter ses chances de sortir avec au moins l’une des 3 filles ?
Ça commence par la probabilité de réussir un penalty, ça finit par un premier baiser… Un parcours surprenant dont on ne décroche pas une seconde, tant il est nourri d’anecdotes et de réflexions déroutantes. Cali porte un regard sur la vie, la timidité, le manque de confiance en soi qui n’appartient qu’à lui et qui séduira les pré-ados à tous les coups !




  • Une étoile dans le Cœur, Louis Atangana
    Editions Le Rouergue, collection Doado - janvier 2013
JPEG - 59.9 ko

Damien se dit black. Pas africain, pas noir, black. Parce qu’il a la peau caramel, le nez épaté et les cheveux crépus. Même si son père est congolais et sa mère française et blanche. Jusqu’à ce qu’il découvre que l’histoire de ses origines est encore plus compliquée. Black et juif. Dans la cité des Iris, on n’a jamais vu ça. Alors on le montre du doigt. Viennent les insultes et les tags. Puis une BMW est lancée à fond sur lui, comme un rhinocéros fou... Alors, pour dire ses déchirures, Damien nous raconte son histoire, avec la rage de ses mots et son envie de vivre, loin des regards qui assassinent.




  • Clash sur la ligne 9, Cathy Ribeiro
    Editions Oskar jeunesse, Court métrage - Septembre 2012
JPEG - 30.4 ko

« Il « prend son bus pressé en retard, toujours le même trajet, les rues qui défilent, un copain, Fadel, qui monte dans le bus mais il ne l’a pas vu, et lui n’a pas envie de parler. Les rues défilent, des gens descendent, d’autres montent. Un type monte : quel âge ? Pas jeune mais pas vieux non plus. « Une silhouette parmi les autres. Rien de particulier. À part son impatience à monter dans le bus. « Le type agresse verbalement Fadel, le ton monte. Puis tout à coup une atmosphère bizarre un calme qui annonce la tempête. Tout le monde baisse la tête, préfère ne rien voir, ne rien savoir, ne rien entendre. « Lui « aussi. Puis soudain un cri plutôt une plainte ! Un bruit de gorge, sourd, un râle. Le bus s’arrête et « lui « descend, s’enfuit, malade de ne pas avoir anticipé, compris, réagi. De rage, d’angoisse, il écrase son poing contre un mur plusieurs fois, son poing en sang. Les flics arrivent voient le sang. Ils s’inquiètent : qui l’a agressé, que s’est-il passé ? Le monde à l’envers ! Lui qui n’a rien fait, justement rien fait ! « Et pourtant, ma parole, je sais bien que j’ai rien fait ! Rien ! Je jure que j’ai rien fait ! Pas levé le petit doigt. Rien ! « Il a fermé les yeux, comme les autres. Et pourtant, maintenant, il passe pour une victime.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 555 / 10960

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Prix   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.11 + AHUNTSIC

Creative Commons License